Header Ads

Header ADS

video pornographique Blondie Fesser, salope américaine au cul rond, suce profondément cette BBC

 



video pornographique Blondie Fesser, salope américaine au cul rond, suce profondément cette BBC


(53) Caroline en vacances Hot avec son Amant offerte par son mari : Sexe hard aux quatre coins de la maison Provençale.

Episode 2 :
Pour vous aider à suivre, je vous propose un résumé du récit précédent :
Je m’appelle Caroline, hypersexuelle, je suis mariée à Éric, mon petit mari Candauliste.
Les aventures racontées dans cette série se passent avant notre rencontre en 2010, de notre « Amoureuse » Sandrine avec laquelle nous formons « un trouple ». C’est merveilleux !!! Je suis en amour avec deux magnifiques personnes !!!
Mais c’est à sa demande que j’écris : « Ma semaine de vacances particulières » du 17 au 25 octobre 2009.
A cette période, Éric a de nombreux fantasmes. Un certain nombre, ont été réalisés, soit totalement, soit partiellement. Bien sûr, celle qui les fait vivre, c’est moi !!!
De son côté, il est prêt à aller encore plus loin dans les folies. C’est l’exemple de mes récits sur cette série.
Que j’aille seule avec un homme pour une semaine de vacances sans sa présence pour participer à un gang bang, de petites pluralités masculine et surtout que j’accepte d’aller encore plus loin dans la soumission sexuelle, exploitée en public, mise à disposition, des scenarii encore plus hard.
Éric souhaite que je sois « l’Objet Sexuel » d’un homme, c’est-à-dire que cet homme puisse avoir tous les pouvoirs. Que je sois la « chose » de cet homme.
Pendant toute cette semaine, mon mari a souhaité que je sois sa pute privée, ne me voyant plus comme sa femme mais comme un simple objet de plaisir ou tout autre scénario de ce style…Et en plus, il fut aux anges.
Nous avons fait la connaissance de Simon (voir épisode précédent), nous sommes arrivés avec Éric dans le Var le samedi 17 octobre, celui-ci repartant au boulot en Normandie dès le lendemain.
Après un premier « Duo torride au soleil », pour le début de mes « vacances » où les corps se sont bien échauffés sur la terrasse de Simon sous le regard de son voisin retraité qui a semblé apprécier nos coquineries…
Donc avant de poursuivre, si vous n’avez pas lu l’épisode précédent je vous recommande de le lire.
Je vous propose la suite de cette semaine un peu folle, je dois vous l’avouer.
Le 17 octobre : Sexe hard aux quatre coins de la maison Provençale.
Un peu de repos pour tout le monde. Je vais prendre une petite douche, je me prépare pour la soirée, mais Simon me fait la surprise de me préparer ma tenue du soir.
Les deux hommes ont dû vraiment communiquer derrière mon dos pour que Simon puisse connaître mes gouts et mes tailles…
C’est une belle surprise. Il a choisi une tenue très sexy : legging, petit haut très transparent et escarpins, puis une lingerie en dentelle noire et vinyle.
Simon me signale qu’il aimerait que l’on fasse des exhib en ville dans la semaine dans cette tenue.
Je l’accueille nue dans la salle d’eau, nous nous embrassons, j’adore rouler des pelles, j’adore, j’adore, j’adore…
Simon me salue également d’une bonne tape sur les fesses et moi je ne peux résister à le remercier par une petite fellation. Puis je file mettre la lingerie et la tenue complète.
Nous prenons l’air maintenant sur sa terrasse en prenant un petit rafraichissement, nous papotons afin de faire maintenant vraiment connaissance.
Simon est un type bien, Il est devenu au fil des ans un copain coquin, un homme qu’on apprécie sur le plan humain et libertin. Sandrine l’apprécie également beaucoup. C’est de plus un amant exceptionnel.
La soirée avance, les garçons boivent quelques bières, mais j’ai très envie de passer aux choses sérieuses.
J’ai très envie de visiter la belle maison Provençale de Simon.
Nous passons donc au salon, je retire mon legging et mon petit haut, je me retrouve en body string en dentelle noire, mes bas autofixants et mes escarpins…
Je prends place dans le canapé, je me mets à quatre pattes, en position de levrette, et demande à Simon de reprendre la petite fessée de la salle d’eau…
Simon me regarde interrogateur, puis il s’exécute timidement au début.
Éric intervient pour lui préciser :
- Tu peux y aller Simon, elle aime ça…Cette salope.
Donc Simon, reprend sa fessée, Je suis à quatre pattes, l’avant de mon corps reposant sur mes coudes, mon fessier pointé alors vers le ciel.
Simon se place derrière moi. Je mets encore mon fessier en évidence en abaissant le haut de mon corps, ma tête au même niveau que mes genoux.
Cette position n’est pas fatigante…Elle est de plus relativement humiliante, ce qui renforce l’efficacité de la punition.
Éric intervient de nouveau :
- Tu dois me corriger cette salope cette semaine, elle mérite bien sa punition…
Simon encouragé par Éric et par ma position n’y va pas de mainmorte vu le temps qu’on a mis avant de réussir à se voir !!! Il se lâche !!!
Cela fait deux semaines que nous nous chauffons et malgré notre petit tour de chauffe en duo dans le jardin en début de soirée ou il ne me semblait pas à l’aise en extérieur.
Je me retrouve dès les premières minutes avec la trace de sa main imprimée sur le cuir de ma peau. J’adore les fessées. Éric est déjà excité en regardant mes fesses toutes rouges.
A l’intérieur et au salon, je savoure mieux la vue du chibre XXL de Simon que tout à l’heure à l’extérieur !!!
Je m’en délecte du gland…Au trois quart !!!
Mince !!! Je n’arrive plus à tout avaler dirait-on ?
Est-il plus gros qu’en fin d’après-midi ? C’est impressionnant…XXXL !!!
Aurai-je perdu la faculté de réussir les gorges profondes par manque d’entraînement ?
Il me semble pourtant avoir une très bonne préparation, mais je croise rarement des sexes de cette dimension.
J’ai toujours réussi jusqu’à présent. Je retenterai plus tard. Je lui prodigue donc une fellation en m’appliquant avec gourmandise !!!
Pris dans le feu de l’action et notre excitation mutuelle, Simon m’assène une nouvelle fessée telle, qu’elle me marque au sang.
Mon Chéri voyant cela nous prévient immédiatement. Mon Amant est terriblement embarrassé de m’avoir marquée au sang et n’osera pratiquement plus me fesser pendant tout le reste du duo.
Je fais tout pour le mettre à l’aise, ce n’est vraiment pas grave !!!
Ça finira par partir et a priori, je devrais pouvoir m’asseoir sans problème.
Éric est quant à lui tout à la fois excité de me voir encaisser aussi bien et plein de compassion face à mon petit cul rougi.
Personnellement, on ne me disait rien, je ne me rendais pas compte de la force de la claque. Avec l’excitation, j’ai un haut niveau de tolérance.
Pour tout vous avouer, je n’irai pas volontairement chercher à être marquée, mais avoir eu cette blessure de baise est finalement très excitant cérébralement parlant.
Je suis restée marquée par mon Amant pendant toute la semaine où je lui suis confiée. D’ailleurs, j’ai envoyé plusieurs photos de la trace à Éric pour le tenir informé de l’évolution de ma griffe !!!
Mon Amant étant particulièrement bien membré, j’ai besoin d’une préparation physique pour qu’il puisse me prendre. Car en extérieur en fin d’après-midi, malgré l’excitation du moment, j’ai quand même ressenti quelques douleurs désagréables.
Et je constate que Simon me semble encore plus « en forme ».
Le fait d’être plus à l’aise avec nous et surtout de ne pas être aperçu par les voisins le fait bander encore plus fort.
Excité, Simon tente, mais ça ne rentre tout simplement pas dans ma petite chatte. Il se calme et reprend ma préparation physique.
Sa langue virevolte autour de mon bouton de plaisir. C’est un délice de sentir sa bouche goûter à mon intimité. Je frémis sous ses lèvres et tressaute de plaisir.
Je ne résiste pas à le prendre de nouveau en bouche et parviens à réussir la gorge profonde !!!
Me voilà soulagée !!! J’ai toujours réussi…
Pendant que je le suce et l’engloutis tout entier, il me demande de me masturber cuisses grandes ouvertes en même temps.
J’adore pratiquer la fellation, ça m’excite réellement de sucer. Me masturber n’est pas une habitude par contre, le fait de savoir ce qu’il va se passer, « puisque je dirige ma main » ne m’excite pas plus que ça.
Dans une position totalement impudique, je m’offre à son regard sans la moindre décence.
Mon chéri a une érection fameuse à nous regarder ainsi former un duo aussi complice.
En tant que mari candauliste, il adore plus que tout me voir avec un autre homme et avec Simon, on prend vraiment plaisir à coquiner et plus tard accompagnée de vidéospornographiques Sandrine Éric prendra toujours autant de plaisir à nous voir coquiner et tout simplement se voir.
Simon glisse un doigt dans mon sexe et constate que je ne suis pas suffisamment dilatée pour l’accueillir.
Il se rend compte qu’il va rester sur le perron de l’entrée !!!
Simon me dit d’essayer une petite astuce qu’il a expérimentée avec d’autres partenaires : je dois boire un verre de Pastis et habituellement, ça dilate les petites chattes !!!
Sauf que nous avons pris des verres avant les coquineries tous les trois et ça ne fonctionne pas comme à l’accoutumée.
Je reste toute serrée malgré mon excitation. La situation excite de plus en plus Simon que je trouve de plus en plus tendu, son sexe étant bien plus volumineux que précédemment où il a pu me pénétrer.
Du coup, il nous demande si nous avons pris un gode pour travailler ma dilatation intime. Nous n’avons pas cela dans nos valises. C’est vraiment très bête de ne pas avoir pensé à emmener mes « petits amis ».
Je ne pouvais pas imaginer que mon futur amant était doté d’attributs virils surdimensionnés…Si j’osais je pourrai écrire qu’il « est monté comme un âne ou qu’il a une queue de cheval »…
Donc pas de gode, j’ai l’esprit un peu trop pragmatique et les hommes ont bu une bière.
Je propose à la volée qu’on prenne une bouteille de bière pour que je me gode avec à défaut d’avoir un sex-toys adéquat.
Eclats de rire général !!!
Mais qu’est-ce que j’ai dit là !!!
Mon idée est finalement validée. Éric part chercher une bouteille vide, Simon lui met un préservatif et je gère les allers-retours du goulot dans mon sexe.
C’est ce qu’on appelle un travail d’équipe !!! Tout en m’auto-dilatant, je suce goulûment (ou goulot-ment) mon Amant.
Éric et Simon sont déçus de ne pas voir la bouteille intégralement absorbée par ma minette, le verre n’a pas la même flexibilité que la chair et je n’ai pas pu en rentrer davantage malgré les encouragements de mes deux Loulous à continuer.
Me voilà prête pour subir les assauts virils de Simon, qui me mène sur le lit à quatre pattes en me tirant par les cheveux. Je visite la chambre et le lit de mon amant.
Telle une bonne chienne, je le suis sans rechigner. Éric adore me voir ainsi maîtriser et traiter :
- Vas-y, traîne-la cette bonne chienne !!! Regarde-la comme elle te suit la salope !!!
Il y a beaucoup de testostérone dans la chambre.
Pendant que mon Chéri incite mon Amant à me démonter :
- Démonte-moi cette chienne en chaleur !!! Défonce là !!!
Simon me pénètre en douceur pour ne pas me blesser ou me déchirer le sexe. Une fois en moi, il fait des allers-retours très calmes le temps que mon corps s’habitue à son membre imposant.
A un moment, je dois avoir une sale tête, car mon Mari et mon Amant s’enquièrent de ma santé et me demande si je n’ai pas mal ou si je souhaite qu’on arrête.
Pour être franche, je ne leur dis rien à cet instant car j’ai idée que ça va passer, mais je suis prise d’une horrible crampe dans le bas ventre depuis quelques minutes.
C’est le même type de douleur que celle des mauvaises règles !!! Heureusement, ça ne s’est pas éternisé et ce n’est pas revenu.
Une fois les premiers allers-retours faits, mon complice pour la semaine peut me baiser aussi virilement qu’il le souhaite.
Bien cambrée, c’est que du bonheur de sentir sa large queue entre mes cuisses et ma douleur dans le bas ventre est un souvenir.
En bon candauliste, Éric s’est mis à proximité du lit et tout en se masturbant, il ne nous quitte pas des yeux. Il n’a de cesse de bander.
Mon bel Amant est tout à la fois puissant et bienveillant, c’est un mélange extatique !!!
Ce garçon me projette hors de moi, hors de mes sens, il me fait chavirer, vibrer !!!
Un coup de rein bien senti me fait perdre l’équilibre. Mes bras vacillent et mon corps s’affaisse sur le lit.
Simon se saisit de mon poignet pour me maintenir la tête contre les draps. Il me fait une sorte de clef m’empêchant de pouvoir trop gigoter d’excitation.
Me sentir ainsi maîtriser et dominer sexuellement est vraiment ce que je préfère. J’adore cela !!!
Au plus la partie de sexe est hard, au plus je m’abandonne. La perte de contrôle arrive vite, nous sommes en pleine confiance tous les trois et sur la même longueur d’ondes.
Simon me fait virevolter entre ses mains expertes autour de sa queue dressée. Les positions s’enchaînent à un rythme effréné.
A plusieurs reprises, dans le feu de l’action, je ne fais pas attention à la caméra et donne un coup de talons dans la Go-Pro tenue à bout de bras par Éric.
Autant, je regarde mon mari pour partager le plaisir avec lui, autant je ne pense pas au matériel permettant de nous offrir des souvenirs !!! Oups !!!
C’est aussi important pour Éric car encore à cette période il diffusait mes vidéos sur un site spécialisé !!!
Désormais rôdée à l’exercice, ma petite chatte accueille le chibre XXXL de mon complice et s’écarte sur son passage afin qu’il est tout à loisir d’aller et venir entre mes cuisses.
Tous les trois nous constatons que ça rentre désormais tout seul !!!
C’est bon signe pour une semaine Hot où je suis mise à la disposition de mon amant.
Entre un Amant hors pair, un Mari candauliste follement amoureux, je ne peux que savourer cet instant libertin, d’autant plus que la levrette est une position que j’affectionne tout particulièrement tant les sensations sont exaltantes.
Après une bonne partie de sexe intense, nous faisons une petite pause.
Qui veut aller loin ménage sa monture !!!
Nous nous désaltérons. Nous reprenons quelques forces. Mais l’appel de la chair se fait plus fort à chaque instant et nous retrouvons vite le lit !!!
Simon s’allonge sur le dos. Je m’empale sur son sexe parfaitement tendu et le chevauche telle une amazone. Au rythme de mes envies, il me laisse guider les premiers allers-retours avant de reprendre la main.
Nous décidons d’aller essayer d’autres pièces de la belle maison provençale.
Lorsque nous sommes arrivés, Simon nous a fait visiter les lieux.
Et une pièce nous a inspirés des envies coquines à tous les trois : le dressing !!!
Une commode à bonne hauteur fait face à des miroirs permettant de regarder sous différents angles nos ébats, mais il n’y a qu’en l’essayant que nous pourrons en être sûrs.
La partie de baise dans le dressing est particulièrement intense et virile car la hauteur est idéale et nous avons la bonne taille.
En appui sur le meuble, Simon me prend sans ménagement. Ses coups de reins sont incisifs, impulsifs, rudes.
Nos corps font vaciller la commode à plusieurs reprises, cette dernière vient cogner contre le mur dans un tintamarre sexuel qui ne laisse aucun doute sur ce qu’on fait dans cette pièce.
Après cette bonne baise, nous faisons une petite pause fellation et mon amant complice ne manque d’appeler mon mari candauliste pour qu’il vienne nous regarder dans le miroir.
Le jeu des reflets offre une vue imprenable sous tous les angles et c’est super excitant de nous voir tous les trois en osmose libertine.
Les hommes peuvent voir dans le miroir du fond, pour ma part j’en ai un sur ma gauche qui m’offre une belle vision sur les belles fesses musclées de Simon.
Nous prenons ensuite le chemin de la salle de bain où je suis amenée comme une bonne chienne à quatre pattes.
Je ne me fais pas prier !!! En appui contre la coiffeuse, face au miroir, Simon me prend et tente une claque sur mon petit cul rougi à un endroit encore vierge de toute trace.
La blessure de baise est toujours bien rouge. Cela fait plus d’une heure que nous coquinons et mon complice n’a pas osé me fesser. De mon côté, je ne sens rien du tout !!!
Les mains posées à plat sur le meuble, j’ai quartier libre !!! Mon Amant me laisse gérer le mouvement de notre corps à corps.
Bien cambrée, je me déhanche pour m’empaler sur son sexe tendu et mis à ma disposition.
Éric nous observe à travers le miroir tout en se masturbant. Il doit ralentir la cadence de ses mouvements tant l’excitation que nous partageons tous les trois est intense.
Ses mains parcourent mon corps. Tantôt elles fessent en douceur le cuir de mon cul. Parfois elles s’abandonnent autour de ma gorge pour l’enserrer virilement et imprimer sa force.
A d’autres moments, elles agrippent fermement mon visage dans une poigne ferme et puissante. Chaque instant, je savoure le parcours de ses mains sur mon corps et l’excitation se décuple.
Chaque seconde, je partage ce plaisir candauliste avec mon mari et mon amant.
Nous observer dans le miroir, fixer nos reflets s’ébattre est follement excitant. Quel duo torride !!!
En retrait, Éric savoure le couple que Simon et moi formons sous son regard. Je suis ailleurs, au Septième Ciel !!!
Puis, nous retournons faire une petite pause au salon avant de regagner la chambre pour un ultime round.
Je commence à sentir mon corps fatiguer, même si mon esprit est encore au taquet. Ma petite minette arrive bientôt en bout de course rougie par les assauts répétés de mon amant très bien membré.
Simon me propose de positionner ma tête sur le bord du lit pour qu’il puisse baiser ma bouche à sa guise. Il me demande d’ouvrir mon intimité pendant qu’il pénétrera ma gorge. Je mets ma gorge à sa disposition et masturbe mon clitoris tout en me déhanchant, les hommes sont autant excités que moi je crois de me voir bouger ainsi !!!
Le cul tendu sur le lit, j’attends la levrette bien cambrée.
Mon chéri partage cette excitation, il aime autant que moi la virilité des rapports dans le libertinage. Lorsqu’il me voit perdre pied et soumise par le chibre d’un amant, il prend alors au moins autant de plaisir à me regarder que je n’en prend à le vivre.
Mon Amant me baise sans ménagement et me fait rouler sur le côté où il en profite pour me gifler et m’étrangler tout en gérant les allers-retours rapides et puissants. C’est incroyablement fantastique, je décolle !!!
Les assauts sont répétés, tous plus virils les uns que les autres, et les gifles sont bien senties.
Je ne sais plus où donner de la tête lorsqu’il me fait passer les jambes par-dessus pour me faire un cunni. Il expose ma chatte béate de bonheur alors que j’ai les jambes par-dessus la tête complètement repliée sur moi-même.
Mon complice Amant s’extasie :
- C’est beau ça !!! Petite salope.
Rejoint par mon Mari candauliste, dont le regard n’a de cesse de pétiller d’excitation. Pour ma part, une petite voix m’auto-congratule sur une pseudo-souplesse et une autre petite voix se sent humiliée d’être ainsi exhibée, reléguée à être un trou béant qu’on exhibe sans pudeur.
Ce sentiment d’humiliation arrive à point nommé et m’excite terriblement.
Lorsque Simon me prend à nouveau en missionnaire, je suis à deux doigts de gicler.
J’ai la sensation d’avoir envie de faire pipi, mais il s’agit sans doute d’un « squirt »en préparation.
Quoiqu’il en soit, je préfère qu’on arrête là les coquineries, car les « squirts » me rendent les pénétrations désagréables après coup, comme si c’était paradoxalement beaucoup trop sec, et je commence vraiment à fatiguer de la minette. J’ai peur que la giclette ne me l’achève la minette.
A genoux aux pieds de mon Amant et bien cambrée, je le suce et l’engloutis de la garde au gland prenant un réel plaisir à me délecter de sa belle queue.
Sentant que mon amant était prêt à éjaculer, mon chéri intervient alors :
- Tu vas me l’enculer ma salope !!! Elle en a très envie…Crois-moi !!! Je veux voir ça de mes yeux…
- Pourquoi pas ? Répond Simon interrogateur.
Sans rien dire, je m’allonge sur le lit, jambes bien tendues en l’air, puis je me retourne en levrette, pour qu’ils puissent mater ma jolie croupe.
Voyant que je fais ma star, Éric me dit :
- Tiens je vais te donner une petite bouteille pour te préparer ma petite chérie…
Et là, il me tend une petite bouteille de soda, lui met un préservatif et je gère les allers-retours du goulot dans mon cul.
Simon le caresse du bout des doigts…
- Il te faut beaucoup de lubrifiant…Chérie !!! Me dit Éric.
Il me met un tube entre les mains et je badigeonne copieusement la bouteille qui me sert de jouet sexuel. J’en mets jusqu’à la base, histoire que tout glisse facilement en moi.
Je m’allonge ensuite à mon aise sur le lit, jambes relevées bien haut pour qu’ils puissent observer la scène.
Je titille un peu le pourtour de mon anus, puis j’enfonce la bouteille au fond de mes profondeurs. Bon je dois vous avouer que je suis habituée aux sodomies, mais de la taille XXXL de Simon, je pense que c’est une première.
Simon devait penser à tort que j’aurais beaucoup de mal à l’insérer en moi, mais non !!!
- Ça rentre comme dans du beurre. Me dit-il
Il passe sa main doucement et délicatement sur mon petit clito bien gonflé pendant que la bouteille est à trois quart absorbé intégralement.
- Tu sembles apprécier !!! C’est agréable…
- Oooooh oui, c’est bon !!!
Pour l’exciter encore un peu plus, je joue un peu avec la bouteille, pour voir !!!
En la mettant plus à droite, plus à gauche. Pleinement concentrée sur mes sensations que je ressens au plus profond de mes entrailles.
- Alors ? Me demande Simon
Il m’aide en poussant un peu sur la bouteille pour qu’elle rentre presque intégralement.
Simon est impressionné que je puisse absorber une telle bouteille, que je la prenne aussi naturellement dans le cul.
- Eh !!! Eh bien, tu as l’air d’aimer ça en fait.
- J’adore !!!
- Tu es super-excitante !!! Maintenant j’ai hâte de te sodomiser !!! Allez !!! Je vais remplacer la bouteille par ma grosse queue…
Je retire donc la bouteille avec un peu de soulagement. Je lui lance un regard digne d’une actrice porno, toujours pour l’exciter.
Je m’allonge sur les genoux et j’ai bien ouvert mon petit cul. Heureusement que j’avais bien godé l’endroit, car je sentais que mes sphincters étaient bien plus ouverts, bien plus détendus qu’à la normale prêts à accueillir le chibre XXXL de Simon.
Simon, m’a bien détendu et a commencé à frotter son gland tout contre mon anus. Il a à peine enfoncé quelques centimètres qu’il me dit…
- hum, encore un peu trop serré  !!! …

Il a donc inséré deux doigts, puis trois en moi pour m’écarteler un peu plus. Puis il a remis sa grosse bite dans mon cul, avec beaucoup de lubrifiant dessus. Cette fois-ci c’est la bonne !!!
- Je sens que tu me limes bien profondément, mon salop…
-  Ça va ? Tout se passe bien !!! Tu absorbes les grosses queues dans ton cul…Salope !!!
Il est décidément très précautionneux en me demandant cela.
- C’est très bon, très intense, mais continue…
Simon peu habitué à ramoner des petits culs, y va quand même à un rythme soutenu.
C’est rare avec son gros sexe que ses partenaires lui offrent leurs culs.
Je me suis alors masturbée en même temps, pour détendre mes muscles et me faire du bien.
Simon en me regardant bien dans les yeux, m’a demandé…
- Alors ça te fait du bien de te branler salope…Pendant que tu as une grosse queue dans le cul ?
- C’est le paradis !!! Vas-y continue !!!
Je l’ai aidé gentiment à pousser un peu plus loin en écartant mon cul de mes deux mains. Je n’oublie pas mes regards de petite cochonne, j’aime jouer à « la petite salope ».
Nous avons ensuite changé de position, et il m’a demandé de venir s’empaler sur lui. Comme si je m’asseyais sur un trône imposant.
De cette façon, le poids de mon corps, ma contrainte à allonger la profondeur de notre emboîtement.
Tout en me caressant vivement le clito en même temps, je me mets à hurler super fort…
Ce qui nous a bien fait rire Sandrine et moi en visionnant la vidéo pour écrire ce récit.
- Oooooh salop, que c’est bon, je ne pensais pas jouir de cette façon !!! J’adore ta queue !!!
Simon se retire au bord de l’éjaculation, retire rapidement son préservatif et m’offre une belle éjaculation faciale qui va de la narine à l’oreille, de la pommette à la gorge.
Il abreuve ma joue de sperme chaud. Je frémis une dernière fois d’excitation !!!
J’adore les éjaculations sur le visage lorsque je suis en pleine confiance avec l’Amant.
Éric s’extasie de voir cette belle salve recouvrir ma petite gueule de salope !!!
Excité par la situation, Éric prend le relais et se masturbe en agrippant fermement mes cheveux.
Malgré la fatigue, je prends délicatement le sexe d’Éric d’une main et de l’autre, lui caresse ses boules, j’adore les boules de mon petit cocu. Je relève les yeux vers lui, il respire fort, il a dû mal à soutenir mon regard, il regarde Simon, il a l’air à la fois très excité et très impatient.
Puis, le visage toujours recouvert de la semence de Simon, je saisis le sexe de mon chéri à la base et l’avale en fermant les yeux.
Éric pousse un long soupir de plaisir. Puis j’entreprends quelques lents va et vient tandis qu’il semble toujours durcir plus.
J’arrête un instant pour rouvrir les yeux, les relèvent directement comme pour voir la réaction de mon chéri et de mon amant.
Éric est dans un état second et me dit :
- T’arrêtes pas petite salope, c’est trop bon !!!
Puis Éric change de position, s’assoit sur le canapé.
Je reprends sans broncher en le branlant, alors que je lui lèche les boules.
Les yeux fermés, je lèche, suce, branle ce sexe dur, excitée, je veux gouter à la semence de mon chéri.
Éric semble au comble du bonheur. Sa queue va et vient dans ma bouche, j’y mets vraiment du mien, je pompe les yeux ouverts.
Éric adore ça que le suce de cette façon, comme une petite pute…
Je fais encore une petite pause, m’’amusant de le faire languir et lui demande si ça va.
- Tu suces toujours très bien, petite pute !!! C’est ton amant qui t’excite…Ma salope !!! Répond Éric essoufflé.
Je pompe de nouveau mon chéri, je suce mon homme
Je me repositionne bien à genoux devant lui pour reprendre sa bite dans la bouche.
J’avale goulument la queue de mon mari devant mon amant, lui palpant et malaxant les couilles.
Je jette un coup d’œil vers Simon pour voir sa réaction, ce qui semble décupler son ardeur à se masturber de nouveau.
Éric me maintient, parfois la tête, m’obligeant ainsi à engloutir sa queue le plus loin possible, mais d’autres fois, il la repousse, car sans doute au bord de l’éjaculation.
J’adore la bite, j’adore les fellations, vraiment j’adore sucer…
Éric se contracte en agrippant fermement mon visage, m’offrant une belle éjaculation buccale, il m’expulse sa précieuse semence par saccade en plusieurs petits jets avant que j’avale le précieux liquide.
Je prends ma petite dose de vitamines C et B12, ainsi que des protéines aux propriétés antibactériennes. Merci mon petit amour.
Comme à chaque fois que nous coquinons, nous avons passé une excellente soirée avec notre complice.
Nous n’avons pas vu le temps passer. Il est 2h30 du matin, et pourtant nous nous sommes levés très tôt hier matin pour pouvoir prendre le TGV.
La partie libertine terminée, nous prenons de nouveau un verre, papotons, rions.
Nous avons pris le temps de nous retrouver calmement…
Les coquineries ont été particulièrement intenses et viriles.
Simon m’a divinement maîtrisée et Éric a atteint des sommets d’excitation à me voir ainsi malmener et brusquer pour notre plus grand plaisir mutuel.
Pour la petite anecdote : Après ma semaine passée en compagnie de Simon et quelques amis…Mon Chéri n’a pas pu me prendre avant le mercredi suivant. Il m’a fallu quatre jours de réparations de minette avant d’être de nouveau opérationnelle.
Simon deviendra mon exception “Big-Black-Cock”, car nous nous s’apprécions pour autre chose que le sexe !!!
Après cette semaine passée en sa compagnie, Éric souhaitait réaliser un de ses fantasmes non réalisé :
Il aimerait que j’aie un amant régulier et sûr.
Un homme qui pourrait me prendre sans préservatif comme le fait le mari d’une amie.
Que nous nous voyons cinq à six fois par an pour que nous puissions construire une sexualité différente.
Car plus on pratique le sexe avec une personne, plus on la connaît et plus on peut aller loin.
Nous avons réalisé partiellement le fantasme d’Éric, mais la distance nous séparant l’un de l’autre est de près de 1000 km et de dix heures de route ou d’une journée en train…
Cela pourrait faire l’objet d’un autre épisode…De toute façon nous retrouverons souvent Simon pour de futurs voyages.
C’est à plus de trois heures du matin que je vais prendre une bonne douche, après la douche, j’ai une surprise : Éric me demande de passer le reste de la nuit avec Simon, lui regagnant notre chambre seul…
Je suis l’objet sexuel de Simon. Il a tout pouvoir sur moi. Je suis la chose de cet homme.
Nous devons être ensemble chez lui, Il peut me caresser en public, m’embrasser, me masturber, me demander des fellations dans les ruelles.
Simon peut m’offrir à ses amis, ses clients, sa famille ou autre, sous réserve d’acceptation de ma part.
Je suis donc pendant une semaine dans son lit, aux bras de cet homme comme si j’étais sa compagne attitrée.
C’est la fin de l’épisode deux, un peu de patience, pour découvrir la suite de ma folle semaine.

Aucun commentaire

Le premier le sexe anal n’est pas toujours agréable

 Le premier le sexe anal n’est pas toujours agréable  Le premier le sexe anal n’est pas toujours agréable Surtout pour un partenaire, mais p...

Fourni par Blogger.